• Facebook Social Icône
  • Icône sociale YouTube

Bonnes pratiques : le Centre de Santé de Base (CSB) de Stah Jabeur

Dernière mise à jour : il y a 2 jours

La Dr Afifa Koubaa Abdelkafi, médecin major du Ministère de la Santé et médecin responsable du Centre de Santé de Base (CSB) de Stah Jabeur témoigne du processus collectif de l’équipe impliquée dans la démarche Qualité.
" Le plaisir dans le métier met la perfection dans le travail " Aristote

Le Centre de Santé (CSB) de Stah Jabeur est un centre de type 3. Il fait partie des 9 CSB de la circonscription de Monastir. Desservant environ 18 000 Habitants (13% de la population de la ville de Monastir), le CSB doffre des soins curatifs, préventifs et promotionnels à la population des circonscriptions de Stah Jabeur, Karraïa et Chkol.



Pourquoi avoir entamé la démarche qualité ? Quelles en étaient les bénéfices attendus ?

Nous avons entamé la démarche qualité pour le CSB Stah Jabeur depuis 2012. C’était une initiative personnelle visant un changement des comportements, des conduites professionnelles, et éventuellement de l’organisation des processus et des résultats qui étaient à l’époque insatisfaisants.

Nous avons donc revu nos objectifs en vue d’améliorer la qualité des prestations fournies par le personnel de santé. Toute l’équipe était d’accord, il fallait améliorer à la fois la satisfaction des patients et des professionnels du centre, améliorer la qualité des services rendus et optimiser la sécurité des personnes et des biens.

Nous souhaitions surtout optimiser l’efficacité et l’efficience de l’organisation : rentabiliser les moyens dont nous disposions pour fournir les meilleurs services et développer les compétences par la formation continue et intégrer de nouvelles connaissances à nos pratiques cliniques et académiques.

En s’inscrivant dans cette démarche de l’amélioration continue de la qualité, notre objectif ultime était l’accréditation. Pour ce faire, nous nous devions de renforcer la communication et la collaboration entre les intervenants et les partenaires communautaires, favoriser le développement professionnel continu et renforcer les compétences avec pour conséquence immédiate la diminution du nombre d’erreurs, garantir la qualité et la gestion des risques dans toutes les étapes de prise en charge du patient.


C’est avec ces objectifs que nous avons démarré la démarche qualité en concertation et sous la bonne direction du Dr Amel Mhirsi Bouslah, médecin coordinateur de programmes nationaux au service régional des soins de santé de base de Monastir, qui suivait les actions d’amélioration de quelques centres de la région. Puis elle a continué à nous accompagner, en tant que directrice de la promotion des prestations sanitaires à la direction régionale de la santé de Monastir.

Nous avons eu l’opportunité de participer à l’élaboration d’un manuel des standards, pour l’autoévaluation des centres de la première ligne en 2013 et 2014, un projet qualité sous la tutelle de la direction régionale de la santé. Les recommandations du manuel ont ensuite été appliquées au niveau du centre.

Nous avons bénéficié des évaluations et du suivi de l’état d’avancement du centre, choisi pour cette expérience, par une équipe de la direction régionale de santé, en 2014 et 2015. Des insuffisances ont été décelées et des suggestions ont été prises en considération.

Grâce aux progrès de notre démarche qualité, notre centre (CSB Stah Jabeur de Monastir) a été proposé pour le projet d’accréditation en 2017.


 

Comment à travers ce processus long et fastidieux avez vous réussi à fédérer l’équipe du CSB Stah Jabeur et à motiver tous vos collègues impliqués dans cette démarche ?

Nous avons commencé tout d’abord par mettre en place un cycle de formation continu dédié aux professionnels au sein de centre, pour discuter et développer les compétences et créer des occasions pour nous réunir autour de notre objectif.

Le personnel a été impliqué dans la présentation des activités relatives à son poste de travail à toute l’équipe, puis a rédigé un mini module sur ce thème sous notre direction.

Depuis 2012 un rapport annuel des activités du CSB a été mis en place en équipe et ses résultats étaient discutées puis analysés avec tous les membres de l’équipe. Ensemble, nous isolons les insuffisances, proposons des solutions et mettons en œuvre les plans d’actions d’amélioration. Cette pratique collective s’est maintenue jusqu’à devenir une habitude, un acquis.

En dix ans il y a eu plusieurs changements d’équipes, personnels du centre et directeurs de groupement, et il ne reste qu’une seule collaboratrice présente depuis le début de l’aventure . Le dernier turn-over était en avril et mai 2021, par la mutation de deux nouvelles infirmières au centre. Cependant, nous avons continué notre démarche. À chaque nouvelle arrivée, nous informons le collaborateur ou la collaboratrice de notre démarche d’accréditation et l’impliquons dans les cycles de formations professionnelles, l’évaluation, le suivi des actions d’amélioration et la mise en place de la matrice des aires de responsabilité etc.


Nous avons eu la chance d’être accompagnés par des professeurs universitaires que je remercie :

  • La Pr Asma Belguith Sriha, cheffe de service de médecine préventive et épidémiologie à l’EPS Fattouma Bourguiba, qui a appris au personnel les règles de l’éducation pour la santé, la mise en place du monitoring de prise en charge de l’HTA diabète et les mesures correctrices, à travers des ateliers pratiques et des formations au sein de la circonscription et a également impliqué le centre dans des travaux de recherche et des projets qualité.

  • La Pr Amel Chaabane Amri, professeur en pharmacologie à l’EPS Fattouma Bourguiba, a accepté avec plaisir de se déplacer au centre pour nous former sur la gestion des effets indésirables des médicaments et la mise en place de la fiche de pharmacovigilance et des procédures.

Pour motiver une équipe et maintenir l'engagement de ses membres dans le processus, il faut de la volonté et un certain leadership : le chef d’équipe doit donner l’exemple par sa compétence, son professionnalisme et le respect du code de conduite. Être toujours présent et empathique aussi bien avec les patients qu’avec ses collaborateurs, toujours à l’écoute active pour comprendre leurs problèmes et leurs conditions de travail.


Au début, ce n’était pas facile, nous avons rencontré des réticences de la part de certains professionnels de santé car il voyait dans l’acquisition de cette qualification une charge de travail supplémentaire, surtout avec l’insuffisance des ressources matérielles et humaines.

« Pourquoi dois-je m’impliquer dans ce projet alors que je serai payé de la même façon que le collègue qui ne fait pas de la qualité » était la remarque qui revenait le plus souvent au début. Alors, j’ai dû les passionner et les convaincre d’être eux même les acteurs du changement positif que nous voulions tous voir s’accomplir.


Grâce à la communication interpersonnelle positive, aux nombreuses réunions d’information et de sensibilisation, au partage et à la totale transparence, nous avons essayé de développer l’esprit d’équipe, d'insuffler une dynamique interne et promouvoir la participation effective de chacun à l’amélioration de la qualité du service. Nous avons pris pour habitude de partager les informations reçues au cours des réunions de la circonscription et de commenter les correspondances officielles avec mes collaborateurs. J'ai toujours essayé d’être attentive à l’expression de leurs besoins en formations, en équipement et en matériels. Ainsi, toutes et tous ont la conscience d’être des acteurs importants dans cette démarche qualité.


Lorsqu’on a mis en place la matrice des aires de responsabilités, et que chacun a occupé son poste, toutes les initiatives individuelles étaient encouragées. Dans des relations de renforcement des capacités, l’agent chargé de l’inscription au CSB, Mme Samira Ayed, tenait à généraliser les dossiers médicaux structurés à tous les patients, en lieu et place des fiches médicales. Elle a fixé ses propres objectifs journaliers. L’agent de vaccination, Mme Khawla Farhat, a mis en place un échéancier pour faciliter l’identification des défaillants à la vaccination, et l’agent de la pharmacie, Mme Yosra Hmida, a mis en place un système de répartition des ordonnances hospitalières par spécialités, pour faciliter le recueil des données. Nous avons encouragé ces initiatives qui ont été implémentées par nos collaboratrices et qui facilitent le suivi et la prise en charge des patients.


L’accompagnement, les supervisions de l’équipe de gestion de la circonscription sanitaire de Monastir, ainsi que les formations réalisées aussi bien pour les médecins qu’avec les professionnels de santé, nous ont été d’un grand soutien pour cette démarche qualité. Le directeur de la circonscription M Moez Bahria, le médecin chef Dr Feten Kallala, la pharmacienne du groupement Mme Raja Rojbani, la surveillante générale Mme Nedra Bchir et Mme Amel Zakhama ainsi que l’équipe locale d’hygiène dont le chef de service M Fézaa Migaou et l’hygiéniste Lamaa Soussou, ont veillé à superviser les besoins du centre et suivre avec intérêt les actions d’amélioration au centre. Ils ont également encouragé le personnel du centre par la livraison des attestations de présence au cours de formations. Tous les agents du groupement ont fourni des efforts pour nous faciliter certaines tâches, et répondre à nos besoins.

" Le plaisir dans le métier, met la perfection dans le travail " est le proverbe qui a régi toute ma mission et que je partage avec mon équipe chaque jour.


 

Est-ce que les citoyennes et les citoyens perçoivent ces changements qualitatifs ?

Aujourd’hui le citoyen tunisien est hyper conscient et très soucieux de la qualité et il sait apprécier en bien ou en mal les services qui lui sont proposés. Régulièrement, les infirmières du centre reçoivent le témoignage de fierté des patients quand ils apprennent que leurs soignants suivent des formations d’amélioration de leurs compétences.


Les habitants de Stah Jabeur apprécient aussi les journées de dépistage et les séances d’éducation pour la santé et d’éducation thérapeutique que l’équipe du centre organise régulièrement au CSB, pour célébrer des journées nationales ou internationales concernant le domaine de la santé, et ce en collaboration avec le groupement de santé de base de Monastir, les associations et la participation active de la nutritionniste du centre Mme Najet Bouzgarrou.


Les usagers du centre remarquent et saluent l’amélioration de l’accueil, aussi bien la qualité de leur prise en charge en tant que patients via le dossier médical mis en place, via la meilleure continuité des soins ou la qualité de prise en charge des maladies chroniques. Aujourd’hui quand un patient arrive au centre, il a son dossier médical complet avec un historique facile et rapide à obtenir ainsi il ressent les bienfaits de la traçabilité et le suivi de son état de santé.


La boîte de réclamation mise à la disposition permet au patient de communiquer directement avec l’équipe et il sait que ses observations sont discutées et prises en considération, ce qui installe un climat de confiance avec les soignants.


Par exemple, lors des ruptures de stock de médicaments, nous discutons avec nos patients, et répondons à leurs plaintes, après avoir contacté la pharmacienne du groupement pour trouver des solutions alternatives pour eux. Pour la Metformine par exemple, nous expliquons à nos patients ayant une prise en charge par la CNAM qu’ils peuvent acheter leur médicament en pharmacie et se faire rembourser afin de laisser les stocks disponibles pour les plus démunis. Suivant cette approche pédagogique, nous arrivons à convaincre et obtenir la compréhension de nos citoyens.


Les habitants de Stah Jabeur, sont impliqués dans l’application des recommandations mises en place dans le centre, et acceptent de régler leurs soins avec compréhension, puisque cela va dans l’intérêt collectif.


Tous les habitants de Stah Jabeur voient nos efforts et notre motivation pour améliorer la qualité des services et cela entraine un élan de solidarité dans le petit quartier. Spontanément, les artisans se portent volontaires pour prêter main forte et offrir des services gratuits pour améliorer l’infrastructure : le menuisier est venu gratuitement pour restaurer les bureaux et les étagères, le maçon pour mettre en place des fenêtres en aluminum, l’électricien pour réparer des câblages, et les façonniers pour peindre les murs. Et pour valoriser cet élan de solidarité locale, le directeur du groupement a préparé une attestation d’honneur pour exprimer publiquement notre gratitude et valoriser les initiatives citoyennes sur la page Facebook officielle du CSB.


Dernièrement, nous nous sommes réunis avec les membres de l’association ICRA (Instruire Cultiver Rassembler Agir), et sa présidente Mme Hinda Hamid, originaire de Stah Jabeur et habitant en France, pour collaborer avec le centre, offrir des aides et réaménager le centre.


Toute la population de Stah Jabeur est volontaire pour aider à prévenir des incidents et des accidents et prêter main forte. Les efforts conjugués de l’équipe du CSB ont créé une dynamique locale positive et un élan de solidarité qui fait chaud au cœur.


Nous avons également travaillé en partenariat avec des représentants de la communauté لجنة سكان الحي حي سطح جابر , des associations au service du patient, pour réaliser des activités préventives et promotionnelles de la santé comme l’association Voix de l'enfant, l’association des Sages-femmes de la Tunisie avec sa présidente Mme Asma Smida, l’association Prévention et Recherche avec la présidente Pr Asma Sriha au sein de la faculté de Médecine de Monastir, l’association de la prévention des maladies cardiovasculaires avec le Pr Habib Gamra à l’EPS Fattouma Bourguiba de Monastir, l’association Run in Monastir, l’association Notre Grand bleu, avec son président M Ahmed Essouki, l’Office National de la Famille et la Population (ONFP) avec la Dr Wahiba Maatoug et la Dr Saloua Hadhri.


 

Durant ce processus, quelles interactions avez vous eues avec les autorités régionales, les directions centrales et l’INEAS ?

La Direction Régionale de la Santé (DRS)de Monastir a organisé des séances de formations continues à l’échelle régionale, pour tous les professionnels de santé, sur les programmes nationaux, le respect des bonnes pratiques d’hygiène, les nouvelles recommandations de bonnes pratiques... La DRS nous a également accompagné par des supervisions régionales, de la sous-direction de la santé de base et le service régional d’hygiène.


Au cours des supervisions de la sage-femme de la supervision, Mme Zeineb Naoui, nous avons appris avec la sage-femme du centre Mme Mouna Tlili comment mettre en place le monitoring de périnatalité et analyser nos résultats. La Dr Samia Grira, sous-directrice de santé de base et Mme Kmar Stambouli cheffe de service de santé de base ont accompagné le personnel du centre dans l’application des recommandations des programmes nationaux.


Des visites de terrain ont été réalisées par l’équipe régionale d’hygiène, par l’hygiéniste Mme Fatma Aroud Samaali que je remercie pour ses conseils et son suivi. La Dr Wassila Boughalleb, inspectrice général de la santé à la DRS a réalisé des visites d’inspection des centres de santé en 2015, y compris au CSB Stah Jabeur et a mis en valeur les insuffisances du centre, ce qui a attiré l’attention des intervenants.


Après un léger ralentissement des activités pour cause du COVID, les supervisions formatives ont repris pour corriger les insuffisances, ainsi que l’encadrement et l’accompagnement dans le projet d’accréditation et le suivi des actions d’amélioration. Nous avons eu quelques visites du centre par les directions centrales dans le cadre du suivi du projet d’accréditation.


Pour la rédaction, la vérification et l’approbation des procédures, nous avons énormément été aidés par les médecins et les inspecteurs de la direction régionale :

  • Le Pr Hamouda Babba, directeur régional et la Dr Sonia Triki, pharmacienne inspecteur divisionnaire, nous ont appuyés pour la partie Gestion et dispensation des médicaments et des dispositifs médicaux.

  • La Dr Sonia Ayadi sous-directrice régionale de l’environnement Hygiène et maitrise du risque infectieux associé aux soins ainsi que la Dr Samia Grira, sous directrice de la Santé de Base pour la partie Prise en charge du patient.

  • M Moez Bahria, directeur du groupement de santé de base pour la partie Management de l’établissement.

  • Le Dr Issam Maalel, directeur de la promotion des prestations sanitaires et le Dr Youssef Bedoui sous-directeur de la promotion pour le suivi et l’accompagnement.

Ces confrères et collaborateurs étaient à nos côtés pour atteindre et dépasser les jalons.


Les équipes de l’INEAS se sont déplacés au centre de Stah Jabeur pour une première visite d’accréditation à blanc les 16 et 17 Mai 2017, une deuxième visite les 10 et 11 Octobre 2018 et une visite de test Béta le 19 Mai 2021.


Ils nous ont régulièrement accompagnés par mails ou par téléphone pour nous expliquer les démarches à adopter pour l’autoévaluation de nos activités par rapport au manuel d’accréditation, pour nous informer de leurs recommandations concernant nos réponses sur la grille d’autoévaluation. Ils ont envoyé aimablement des feed-backs à nos livrables qui nous ont été très utiles pour corriger nos pratiques vers le meilleur.


Notre adhésion au groupe d'experts pour la participation aux travaux de la révision du manuel d'accréditation des CSB et des centres intermédiaires édition 2017, élaboré par L'INEAS Santé et accrédité par ISQua et notre adhésion au groupe de lecture du manuel de procédures nous ont donné l'opportunité de mener des relations interactive avec les membres de l'INEAS et de profiter de leur expérience. Les guides et les recommandations de bonnes pratiques de L'INEAS ont été très bénéfiques dans notre pratique courante.


 

Comment le programme Essaha Aziza peut et va faciliter/renforcer vos capacités pour atteindre vos objectifs ?

Lors de la première phase, notre région n’était pas concernée par les activités d’Essaha Aziza. Aussi, à partir du démarrage de la seconde phase, nous étions très contents de nous rapprocher du programme et de bénéficier de son accompagnement. Nous avons eu d’ailleurs plusieurs réunions en présentiel et en ligne avec le Dr Ezzeddine Mohsni, chef de pôle et avec le Pr Hamouda Babba, directeur régional de la santé de Monastir, pour comprendre la nature de l’appui apporté par le programme et savoir bien articuler nos besoins.


Pour le CSB de Stah Jabeur, nous attendons d’Essaha Aziza essentiellement un appui en formations pour et aux bénéfices de notre personnel de santé, par exemple par l’équipement d’une salle d’enseignement à distance, souhaitable pour développer les outils de formations professionnelles au centre. Pour pallier aux insuffisances exprimées en interne par l’équipe, et perfectionner les compétences en matière de management, en gouvernance et en qualité, le personnel du centre a besoin d’assister à des séminaires pédagogiques, de bénéficier de stages de formations car jusque-là, nous nous sommes auto-formés et nous aimerions bénéficier de formations agrées qui consolident nos acquis.


Nous attendons également un appui consistant en terme de digitalisation : pour informatiser les dossiers des patients, équiper et raccorder le CSB au réseau internet afin d’améliorer la circulation des informations entre les différents niveaux de soins, pour la mise en place de l’application prise de rendez-vous à distance. Pour faciliter le circuit du patient, nous aimerions mettre en place le dossier médical partagé et un dispositif digital de rationalisation de l’usage des médicaments.


Le troisième appui demandé à Essaha Aziza est l’approvisionnement du CSB en équipements et en matériels nécessaires pour le développement et l’amélioration des services. Nous avons partagé avec le directeur régional, le directeur du groupement et le chef de pôle une liste raisonnée de nos besoins tels que des chariots de soins et des chariots de nettoyage équipés, des holters tensionnels, des autoclaves perfectionnés - car nous avons des carences en maintenance, ainsi que des véhicules dédiés au groupement et la DRS pour faciliter les supervisions locales et régionales.


Ainsi, avec l’appui d’Essaha Aziza, nous pourrons persévérer dans la continuité de la qualité des soins et de développer les méthodes de recherche et d’enseignement.


 

Au-delà de cette démarche longue et prenante, quelles sont les autres points que vous aimeriez voir changer ou que vous suggérez d’améliorer dans votre CSB ?

Maintenant que la démarche qualité commence à porter ses fruits, nous aimerions sincèrement améliorer l’infrastructure du centre. Aujourd’hui, nous partageons le CSB avec l’Unité de Réhabilitation Régionale qui occupe cinq salles du centre. Nous aimerions aménager une salle d’attente spacieuse pour offrir le confort aux patients, créer une salle réservée à la stérilisation, un espace dédié à la rééducation des patients et offrir une salle de repos pour le personnel de santé.


En second lieu, nous aimerions améliorer la maintenance préventive et curative du matériel.

Dans une optique de promotion de la e-santé ; Nous voulons créer, grâce au développement du numérique, des parcours de soin cohérents, et accomplir les projets de recherche, dont le dossier médical électronique, débuté en 2018 en partenariat avec le service de médecine préventive et d’épidémiologie.


Finalement, trouver les moyens pour reconnaitre, valoriser et récompenser les efforts réussis en offrants aux professionnels la possibilité de participer à des stages de formations, de perfectionnement et en mettant en place des mesures incitatives à leur profil, en améliorant leurs conditions de travail, en créant une salle de repos par exemple.


 

Un mot pour encourager les autres établissements à s’engager dans cette démarche ?

Le changement n’est jamais facile mais il est toujours possible. Pour fédérer vos équipes et atteindre ensemble les objectifs que vous vous êtes fixés, il ne faut pas négliger le rôle du leader, qui par ses compétences professionnelles et humaines doit inspirer et donner l’exemple.


Mais au départ, il faut bien connaitre l’état des lieux et dresser le bon diagnostic de situation (analyse SWOT). Chaque établissement a ses forces sur lesquelles il peut capitaliser et ses faiblesses qu’il faut savoir identifier pour les corriger. Dans chaque centre, il y a aussi de nombreuses opportunités qui ne demandent qu’à être saisies et il faut toujours regarder le verre à moitié plein et rester positif pour aller vers l’avant.


L’implication de tout le personnel est essentielle dans ce processus. Les co-équipiers sont la base du service : il faut savoir les passionner, entretenir de bonnes relations et installer une communication vertueuse.


Téléchargez la présentation complète :

Démarche qualité CSB Stah Jabeur de Monastir (12/04/2022)
.pdf
Download PDF • 13.79MB


 

Remerciements et reconnaissance

Je veux remercier tous les agents du GSB de Monastir qui sont à l’écoute car nous avons installé une relation claire, sincère et amicale qui ouvre de nombreuses de portes

  • Dr Amel Mhirsi Bouslah, ancienne directrice de la promotion des prestations sanitaires à la direction régionale de la santé de Monastir.

  • Toute l’équipe du CSB Stah Jabeur impliquée dans la démarche :

  • Mme Mouna Tlili : Sage-femme du centre

  • Mme Kaoula Farhat : Infirmière major, surveillante du centre et référent hygiène

  • Mme Yosra Hmida : Infirmière major, agent de la pharmacie du centre

  • Mme Samira Ayed : Infirmière major, agent d’inscription et d’accueil au centre

  • Mme Najet Bouzgarrou : Nutritionniste du centre

  • Les professionnels qui ont travaillé avec nous depuis des années :

  • M Hamadi Moussa, Mme Saida Khanfir, Mme Wassila Ghozzi, Mme Asma Krid, Mme Saida Jeaid, M Med Fethi Jaaballah, Mme Monia Amdouni, Mme Nesrine Boussaid, Mlle Rabeb Ajmi, Mme Hayet Ouerfelli

  • Les collègues à l’Unité de Réhabilitation Régionale (URR) en particulier le Dr Kawthar Younes : médecin coordinateur de l’URR

  • À l’EPS Fattouma Bourguiba Les Professeurs :

  • Pr Asma Belguith Sriha : Cheffe de service médecine préventive et d’épidémiologie

  • Pr Amel Chaabane Amri : Professeur au service de pharmacologie

  • L’équipe de la circonscription sanitaire de Monastir :

  • M Moez Bahria : Directeur de la circonscription

  • Dr Feten Kallala : Médecin chef

  • Mme Raja Rojbani : Cheffe service de la pharmacie du groupement

  • Mme Nedra Bchir : Surveillante générale

  • L’équipe du groupement de santé de base de Monastir :

  • Mme Souad Frigui : Attachée d’administration

  • Mme Basma Saidi : Ouvrier au écriture

  • M Ali Hamzaoui : Chef de service administratif et financier

  • M Hatem Souissi : Administrateur

  • M Hamadi Derouiche : Secrétaire d’administration

  • Mme Amel Zakhama : Surveillante d’unité

  • M Mongi Jelassi : Chef de parc

  • M Najib Guedira : Chauffeur

  • Mr Ridha Jribi : Chauffeur

  • L’équipe locale d’hygiène en particulier :

  • M Fézaa Migaou : Chef de service

  • Lamaa Soussou : Hygiéniste

  • L’équipe du dépôt de pharmacie :

  • Mme Soumaya Ben Abid

  • M Souhir Labben

  • L’équipe de Médecine scolaire :

  • Mme Malek Gall

  • Mme Sonia Taktak

  • Mme Noura Taboubi

  • Mme Belkis Chouikh

  • L’équipe de la Direction régionale de la santé :

  • Pr Hamouda Babba : Directeur régional de la santé

  • Dr Wassila Boughalleb : Médecin inspecteur général

  • Dr Sonia Triki : Pharmacienne inspecteur divisionnaire

  • Dr Issam Maalel : Directeur de la promotion des prestations sanitaires

  • Dr Youssef Bedoui : Sous-directeur de la promotion des prestations sanitaires du secteur étatique

  • Dr Samia Grira : Sous-directrice de santé de Base

  • Dr Sonia Ayadi : Sous-directrice de la santé environnementale

  • Dr Fouzia Trimech : Cheffe de service de la médecine scolaire

  • Dr Hassen Jebara : Ancien chef de service des soins de santé de base

  • Mme Kmar Stambouli : cheffe de service de santé de base

  • Mme Zeineb Naoui : Sage-femme de supervision

  • Mme Fatma Aroud Samaali : Hygiéniste au service regional d’hygiène

  • L’équipe de l’ONFP Monastir :

  • Dr Wahiba Maatoug : Déléguée régional de l’ONFP

  • Dr Saloua Hadhri : Médecin Major à l’ONFP

  • L’équipe de l’INEAS santé :

  • Pr Chokri Hamouda

  • Dr Sihem Essafi

  • Dr Wafa Allouche

  • Mme Rim Slouma

  • Mme Dorra Bouras

  • Mme Sihem Maajoul

  • Dr Amel Salah

  • Dr Hajer Gannouchi

  • Mme Afifa Lassoued

  • Les présidents des associations :

  • M Ahmed Essouki : Président de l’association « Notre Grand Bleu »

  • Mme Asma Smida : Présidente de l’association « les sages- femmes de la Tunisie »

  • Les résidents en médecine de famille :

  • Rihab Bougossa

  • Nawrez Grissa

  • Fahima Hassine

  • Achraf Elkhemiri

  • Miaad Yassine

  • Morad Rowachdi

  • Mohamed Amina Baccari

  • Mohamed Manita

  • Sarra Souii

  • Zouheir Nour Ouled Aissa

  • Abir Tlili

  • Les représentants de la communauté :

  • M Mohamed Tabka

  • Mme Hinda Hamid

  • M Kaies Boudinar

  • M Ali Dimassi

  • M Sadok Ben Hassen

  • M Zouheir Békir

  • M Zouheir Zeguina

  • M Ameur Zeguina

  • M Ahmed Essouki

  • M Hosni Hellara

  • M Ali Mahmoudi

  • M Belhassen

  • M Ameur Rejichi

  • M Chokri Bedoui Chtar

  • M Hamadi Essoussi

  • Mme Jihen Zeguina

  • Mme Wassila Zeguina…

410 vues0 commentaire